Coupe lumière transversale               

Coupe lumière transversale

 

 

 

 

 

     RESTAURATION D'UN ESPACE PUBLIC SAUVEGARDE    Lieu  Brive-la-Gaillarde 19100, France   Date  2011   Mission   Conception d’espaces publics   Equipe Projet  FMAU (mandataire), INDIGO, Laure REYGNER, G. PERIOLE, COLIBRIS   Programme  Aménagement des abords de la collégiale Saint-Martin et restructuration de 5 places   Surface  9200 m2   Maîtrise d’ouvrage  TERRITOIRE 19   Montant des travaux  2,49 M € HT       Comment transformer un programme d’aménagement urbain en projet urbain ?   Brive-la-Gaillarde est une ville de 50000 habitants en perteen croissance. Malgré d’importants travaux d’infrastructures à grande échelle (création d’un échangeur autoroutier, construction d’un nouvel aéroport,  réaménagement de la gare), la ville s’essouffle, perd des habitants, et ne parvient pas à en attirer de nouveaux. La ville manque de lisibilité et d’un imaginaire séduisant. Le projet d’aménagement des abords de la Collégiale participe à la construction d’une nouvelle image de la ville, à l’échelle européenne.   Plus qu’un simple aménagement, elle mérite un vrai projet, puissant, radical, durable. Notre proposition apporte une nouvelle aménité à l’espace public, un nouvel art de vivre, plus flexible, plus fluide et plus surprenant. Brive offre de nombreux espaces publics en dehors du centre historique, dont la capacité d’accueil et la géométrie autorisent de vastes rassemblements. Le centre-ville aspire à plus d’intimité.  Les 5 places développées reposent sur l’empreinte de tracés du XVIIIème siècle, retranscrits sur la carte Cassini. Nous restituons au parvis de la collégiale la proportion et l’ampleur originelles de la Grande Place, que nous agrémentons d’un sol d’ardoise d’Allassac en opus incertum. Le format maximum des pierres et la teinte de l’ardoise créent un socle dont l’échelle et la gamme chromatique mettent en valeur l’édifice et les cérémonies religieuses.  Ce socle se prolonge vers la place Latreille dont l’échelle évoque celle de la Petite Place. Une halle aux fleurs est créée dans le prolongement de l’unique maison adossée à la collégiale ; elle articule la Grande Place et la Petite Place.       

 

RESTAURATION D'UN ESPACE PUBLIC SAUVEGARDE

Lieu Brive-la-Gaillarde 19100, France  Date 2011 Mission  Conception d’espaces publics  Equipe Projet FMAU (mandataire), INDIGO, Laure REYGNER, G. PERIOLE, COLIBRIS  Programme Aménagement des abords de la collégiale Saint-Martin et restructuration de 5 places  Surface 9200 m2  Maîtrise d’ouvrage TERRITOIRE 19  Montant des travaux 2,49 M € HT 

 

Comment transformer un programme d’aménagement urbain en projet urbain ?

Brive-la-Gaillarde est une ville de 50000 habitants en perteen croissance. Malgré d’importants travaux d’infrastructures à grande échelle (création d’un échangeur autoroutier, construction d’un nouvel aéroport,  réaménagement de la gare), la ville s’essouffle, perd des habitants, et ne parvient pas à en attirer de nouveaux. La ville manque de lisibilité et d’un imaginaire séduisant. Le projet d’aménagement des abords de la Collégiale participe à la construction d’une nouvelle image de la ville, à l’échelle européenne. 

Plus qu’un simple aménagement, elle mérite un vrai projet, puissant, radical, durable. Notre proposition apporte une nouvelle aménité à l’espace public, un nouvel art de vivre, plus flexible, plus fluide et plus surprenant. Brive offre de nombreux espaces publics en dehors du centre historique, dont la capacité d’accueil et la géométrie autorisent de vastes rassemblements. Le centre-ville aspire à plus d’intimité.

Les 5 places développées reposent sur l’empreinte de tracés du XVIIIème siècle, retranscrits sur la carte Cassini. Nous restituons au parvis de la collégiale la proportion et l’ampleur originelles de la Grande Place, que nous agrémentons d’un sol d’ardoise d’Allassac en opus incertum. Le format maximum des pierres et la teinte de l’ardoise créent un socle dont l’échelle et la gamme chromatique mettent en valeur l’édifice et les cérémonies religieuses.  Ce socle se prolonge vers la place Latreille dont l’échelle évoque celle de la Petite Place. Une halle aux fleurs est créée dans le prolongement de l’unique maison adossée à la collégiale ; elle articule la Grande Place et la Petite Place. 

 

 

 Zoom parvis collégiale Saint Martin   

Zoom parvis collégiale Saint Martin

 

 Le socle d’ardoise de la Grande Place se prolonge également au sud et à l’est de la Collégiale. L’opus devient alors végétal et suggère la quiétude du Jardin du prieuré et du cloître. Des salons de lecture extérieurs y prennent place, en face de la médiathèque.    Une Grande Rive accueille le flux des piétons et assoie le bâtiment néo-classique de la médiathèque (ancienne mairie). La générosité de ses proportions permet d’y installer marchés provisoires, marché de noël, et médiabus. Le long de la médiathèque, la rive exposée plein sud en fait un lieu de promenade ensoleillé.  Le sol en granite de Creuse emprunte sa matérialité aux récents aménagements du bas de la rue Toulzac et de la place du Civoire. Seul le format, plus grand, s’accorde à l’échelle du lieu.  L’angle nord-est de la Rive ouvre sur la place de la Mairie. Dans le prolongement du péristyle d’entrée, un Carreau d’Honneur met en scène la façade du collège des doctrinaires et l’accès à la mairie. La géométrie simple de l’ouvrage réoriente et hiérarchise l’espace dont la Mairie est la pièce maîtresse.   Le Jardin des Doctrinaires prolonge le jardin d’accès aux services techniques, crée une respiration entre la Mairie et la place de la Halle, et apporte la fraîcheur nécessaire lors des cérémonies estivales de mariage.  La place de la Halle, d’abord déshabillée de l’encombrant mobilier urbain, est revêtue d’un nouveau sol, identique à celui de la rive et du carreau d’honneur. En son coeur, un Kiosque octogonal répond à l’architecture facettée des immeubles voisins et offre un lieu privilégié de représentation pour les élèves de l’école de Musique. Axé sur la Collégiale, il crée l’attraction de la place de la Halle et lui donne une lecture centripète.       

Le socle d’ardoise de la Grande Place se prolonge également au sud et à l’est de la Collégiale. L’opus devient alors végétal et suggère la quiétude du Jardin du prieuré et du cloître. Des salons de lecture extérieurs y prennent place, en face de la médiathèque.  

Une Grande Rive accueille le flux des piétons et assoie le bâtiment néo-classique de la médiathèque (ancienne mairie). La générosité de ses proportions permet d’y installer marchés provisoires, marché de noël, et médiabus. Le long de la médiathèque, la rive exposée plein sud en fait un lieu de promenade ensoleillé.  Le sol en granite de Creuse emprunte sa matérialité aux récents aménagements du bas de la rue Toulzac et de la place du Civoire. Seul le format, plus grand, s’accorde à l’échelle du lieu.

L’angle nord-est de la Rive ouvre sur la place de la Mairie. Dans le prolongement du péristyle d’entrée, un Carreau d’Honneur met en scène la façade du collège des doctrinaires et l’accès à la mairie. La géométrie simple de l’ouvrage réoriente et hiérarchise l’espace dont la Mairie est la pièce maîtresse. 

Le Jardin des Doctrinaires prolonge le jardin d’accès aux services techniques, crée une respiration entre la Mairie et la place de la Halle, et apporte la fraîcheur nécessaire lors des cérémonies estivales de mariage.

La place de la Halle, d’abord déshabillée de l’encombrant mobilier urbain, est revêtue d’un nouveau sol, identique à celui de la rive et du carreau d’honneur. En son coeur, un Kiosque octogonal répond à l’architecture facettée des immeubles voisins et offre un lieu privilégié de représentation pour les élèves de l’école de Musique. Axé sur la Collégiale, il crée l’attraction de la place de la Halle et lui donne une lecture centripète. 

 

 

   Pan de Travassac   

  Pan de Travassac

 

Suivez-nous sur