CONSTRUCTION D'UNE HABITATION      Lieu  Perpezac-le-Blanc 19330, France    Date  2009    Mission  Mission interrompue en phase APD    Equipe projet  FMAU, C. Protière    Programme  Habitat individuel    Performance énergétique  RT 2005    Surface  110 m2 SHON  Maîtrise d’ouvrage  Privée  Crédits Photographiques  © FMAU         

 

CONSTRUCTION D'UNE HABITATION  

Lieu Perpezac-le-Blanc 19330, France   Date 2009   Mission Mission interrompue en phase APD   Equipe projet FMAU, C. Protière   Programme Habitat individuel   Performance énergétique RT 2005   Surface 110 m2 SHON Maîtrise d’ouvrage Privée Crédits Photographiques © FMAU

 

 

 

           

 

 

 

 

           Plan Rez-de-chaussée         

          Plan Rez-de-chaussée

 

 

 

        Réinventer une typologie d’habitation dans la morphologie imposée d’un corps de grange corrézienne.   Le paysage de Perpezac-le-Blanc est rural et agricole. Le découpage du sol, pragmatique, dessine des bocages de petites tailles, adaptés à la topographie vallonnée et aux exigences des cultures. A l’intérieur des enclos, le bâti, principalement constitué de fermes et de leurs dépendances, regroupe dans un périmètre restreint des volumes aux géométries simples agglomérés. La disposition et la hauteur des bâtiments, en rez-de-chaussée et combles, apportent une protection aux vents dominants et une exposition solaire privilégiée.   La grange nouvelle est un long prisme semblable à celle des granges voisines, mais volontairement située deux mètres en dessous de la ligne de crête pour protéger l’habitation des vents dominants et du soleil rasant en hiver.    Le projet extrait le gène de la grange corrézienne et l’amplifie dans un projet à la silhouette connue. La matérialité du bâtiment est celle d’une ferme ; les murs sont en pierre, le toit en ardoise, la charpente en bois, les sols en plancher massif. Pas de couloir, pas de hall, juste un grand préau, une tablée ouverte et des alcôves pour dormir.  Quelques indicateurs discrets suggèrent cependant la jeunesse du bâtiment. L’inclinaison du toit est accentuée, la cassure en bas de pente est courbe et non à pans coupés, la hauteur de l’égout est bas, les linteaux des pignons sont en béton, le vitrage affleure le nu extérieur du mur, etla charpente en coque de bateau renversée procure un espace intérieur libéré d’entraits. Il ne peut alors s’agir d’une rénovation de grange, mais bien d’une création intégrale.   A l’intérieur du grand volume, la petite surface de 110 m2 habitable est compensée par la compacité des chambres, conçues comme des alcôves . L’importante surface vitrée et la grande terrasse couverte augmentent l’effet d’espace. La surface gagnée sur les alcôves est répercutée sur le séjour, conçu pour accueillir jusqu’à 12 personnes.          

 

 

Réinventer une typologie d’habitation dans la morphologie imposée d’un corps de grange corrézienne.

Le paysage de Perpezac-le-Blanc est rural et agricole. Le découpage du sol, pragmatique, dessine des bocages de petites tailles, adaptés à la topographie vallonnée et aux exigences des cultures. A l’intérieur des enclos, le bâti, principalement constitué de fermes et de leurs dépendances, regroupe dans un périmètre restreint des volumes aux géométries simples agglomérés. La disposition et la hauteur des bâtiments, en rez-de-chaussée et combles, apportent une protection aux vents dominants et une exposition solaire privilégiée. 

La grange nouvelle est un long prisme semblable à celle des granges voisines, mais volontairement située deux mètres en dessous de la ligne de crête pour protéger l’habitation des vents dominants et du soleil rasant en hiver.  

Le projet extrait le gène de la grange corrézienne et l’amplifie dans un projet à la silhouette connue. La matérialité du bâtiment est celle d’une ferme ; les murs sont en pierre, le toit en ardoise, la charpente en bois, les sols en plancher massif. Pas de couloir, pas de hall, juste un grand préau, une tablée ouverte et des alcôves pour dormir.

Quelques indicateurs discrets suggèrent cependant la jeunesse du bâtiment. L’inclinaison du toit est accentuée, la cassure en bas de pente est courbe et non à pans coupés, la hauteur de l’égout est bas, les linteaux des pignons sont en béton, le vitrage affleure le nu extérieur du mur, etla charpente en coque de bateau renversée procure un espace intérieur libéré d’entraits. Il ne peut alors s’agir d’une rénovation de grange, mais bien d’une création intégrale. 

A l’intérieur du grand volume, la petite surface de 110 m2 habitable est compensée par la compacité des chambres, conçues comme des alcôves . L’importante surface vitrée et la grande terrasse couverte augmentent l’effet d’espace. La surface gagnée sur les alcôves est répercutée sur le séjour, conçu pour accueillir jusqu’à 12 personnes. 

 

 

 

           Plan R+1         

          Plan R+1

 

 

 

      

  

 

    Suivez-nous sur

 

Suivez-nous sur