SURÉLÉVATION D'UN BÂTIMENT ET TRANSFORMATION D'UN ATELIER EN BUREAUX    Lieu  La Rochelle 17000 France   Date  2011 2012   Mission  Mission complète + Exe   Equipe projet  FMAU Programme  Tertiaire    Performance énergétique  RT 2012   Surface  143 m2 SP   Maîtrise d’ouvrage  Privée        Comment créer des conditions domestiques sur un lieu de travail ?   L’architecture tertiaire est régie par une série d’habitudes, qui se sont imposées progressivement comme normes. La question de la lumière y est centrale, de même que la modularité des espaces. Le projet de La Muse bouscule ces habitudes et repense l’espace de travail comme une habitation. Le projet est conçu avec une ambiguïté volontaire. Est-on dans une maison ou dans un bureau ? Les pièces offrent de nouvelles proportions, semblables à celles de chambres et d’un séjour. Les plafonds modulaires sont remplacés par un grand plafond en plâtre, sans éclairage, transféré en appliques et en lampes de tables.    L’autre particularité du projet tient dans la forme même de la parcelle, long tunnel de 4,50 mètres de large sur 20 mètres de profondeur. Pour éclairer l’ensemble, la façade sur rue (Est) est entièrement ouverte. Les baies des deux niveaux s’ouvrent complètement pour laisser percevoir la profondeur de la parcelle et prolonger la rue dans le bureau les jours de beaux temps. Le bâtiment, glissé dans une rue résidentielle, introduit alors une mixité.  Pour compléter l’apport de lumière naturelle, une verrière en acier a été positionnée au milieu du bâtiment, au dessus d’un jardin d’hiver tropical, régulateur thermique et hydraulique de l’ensemble du projet. Grâce à ce double dispositif, les postes de travail sont très lumineux, et les écrans ne subissent aucun reflet.   Le bâtiment présente enfin une singularité constructive. Les murs en pierre existants ne sont pas fondés. La surélévation ne peut porter sur ces murs. Le bâtiment est donc inséré à l’intérieur des murs, sur une ossature en bois posant sur un système sophistiqué de fondations. L’ossature bois a été choisie pour sa finesse et l’effort continu des charges qu’elle permet. Au final le bois n’est visible à aucun moment, recouvert d’un enduit sur une isolation thermique à l’extérieur et par du plâtre à l’intérieur.                   

 

SURÉLÉVATION D'UN BÂTIMENT ET TRANSFORMATION D'UN ATELIER EN BUREAUX

Lieu La Rochelle 17000 France  Date 2011 2012  Mission Mission complète + Exe  Equipe projet FMAUProgramme Tertiaire   Performance énergétique RT 2012  Surface 143 m2 SP  Maîtrise d’ouvrage Privée  

 

Comment créer des conditions domestiques sur un lieu de travail ?

L’architecture tertiaire est régie par une série d’habitudes, qui se sont imposées progressivement comme normes. La question de la lumière y est centrale, de même que la modularité des espaces. Le projet de La Muse bouscule ces habitudes et repense l’espace de travail comme une habitation. Le projet est conçu avec une ambiguïté volontaire. Est-on dans une maison ou dans un bureau ? Les pièces offrent de nouvelles proportions, semblables à celles de chambres et d’un séjour. Les plafonds modulaires sont remplacés par un grand plafond en plâtre, sans éclairage, transféré en appliques et en lampes de tables.  

L’autre particularité du projet tient dans la forme même de la parcelle, long tunnel de 4,50 mètres de large sur 20 mètres de profondeur. Pour éclairer l’ensemble, la façade sur rue (Est) est entièrement ouverte. Les baies des deux niveaux s’ouvrent complètement pour laisser percevoir la profondeur de la parcelle et prolonger la rue dans le bureau les jours de beaux temps. Le bâtiment, glissé dans une rue résidentielle, introduit alors une mixité.

Pour compléter l’apport de lumière naturelle, une verrière en acier a été positionnée au milieu du bâtiment, au dessus d’un jardin d’hiver tropical, régulateur thermique et hydraulique de l’ensemble du projet. Grâce à ce double dispositif, les postes de travail sont très lumineux, et les écrans ne subissent aucun reflet. 

Le bâtiment présente enfin une singularité constructive. Les murs en pierre existants ne sont pas fondés. La surélévation ne peut porter sur ces murs. Le bâtiment est donc inséré à l’intérieur des murs, sur une ossature en bois posant sur un système sophistiqué de fondations. L’ossature bois a été choisie pour sa finesse et l’effort continu des charges qu’elle permet. Au final le bois n’est visible à aucun moment, recouvert d’un enduit sur une isolation thermique à l’extérieur et par du plâtre à l’intérieur. 

 

 

 

 

 

 

     Plan R+1    

   Plan R+1

 

     Plan Rez-de-chaussée                

   Plan Rez-de-chaussée

 

 

 

 

 

  Coupe longitudinale                   

Coupe longitudinale

 

 

 

 

 

 

      

  

 

Suivez-nous sur