Immeuble Gemellus

+
  • Programme 26 logements collectifs et espaces de bureaux
  • Lieu La Rochelle 17000, France
  • Maîtrise d'ouvrage ID Patrimoine
  • Maîtrise d'oeuvre FMAU
  • Dates 2013
  • Surface 2250

    m² SDP

  • Mission Conception architecturale
  • Photos FMAU
  • Responsable projet Frédéric Martinet
  • Collaborateurs Guillaume Sicard, Jérémie Serrurier

Comment réintroduire une mitoyenneté dans une ville campus des années 80 ?

La Rochelle connaît depuis le début des années 80 un phénomène de métropolisation inédit pour une ville de 70000 habitants. Ce phénomène repose sur plusieurs grands axes aux effets corolaires : une silhouette urbaine forte, une activité portuaire discrète mais constante, un climat doux, une université, une offre événementielle riche, des systèmes incitatifs à la création d’entreprises, et la présence de l’océan Atlantique. L’ensemble façonne un art de vivre attractif.

Une des conséquences de cette métropolisation est une variation du prix au mètre carré qui oscille du simple au triple suivant les quartiers, obligeant les classes moyennes à franchir le périphérique pour trouver un habitat aux dimensions acceptables. A l’instar de grandes métropoles, la ville de la Rochelle est en passe de devenir essentiellement dédiée à une population étudiante, à des retraités aisés, ou à de jeunes actifs sans enfant. Seul contrepoint anticipatoire, la présence d’une très forte offre de logements sociaux depuis les années 70, répartis principalement sur 2 ensembles urbains.

La question du logement collectif est donc centrale, puisque l’offre se résume principalement en de petites copropriétés bâties dans le quartier des Minimes, qui présentent essentiellement des typologies de studios, ou de T2. Seules quelques résidences permanentes familiales sont situées dans les endroits stratégiques, autour du lac, ou face à la mer. Ces copropriétés présentent néanmoins une silhouette suburbaine, (bâtiments isolés entourés de végétation).

Le projet des 28 logements réintroduit au sein du « campus » des minimes une échelle urbaine forte. Le bâti d’une hauteur de 5 étages, est en alignement sur la rue et présente une façade sobre et tramée. En cela, le projet rompt avec l’architecture fragmentée, multicolore et insulaire des immeubles des années 80-90 pour amorcer la silhouette d’un réel boulevard urbain jusqu’à la plage des minimes.

La parcelle est bâtie au maximum de la surface de plancher autorisée, dans un souci de rentabilité logique de promotion, tout en créant de nombreuses porosités sur le grand patio intérieur et sur les connexions avec les immeubles voisins. Les appartements, aux typologies nombreuses (du studio au T6) offrent tous des implantations traversantes nord sud, afin de profiter de l’ensoleillement et d’une bonne ventilation naturelle. Les couloirs sombres et anxiogènes sont remplacés par de vastes coursives, prolongements des logements pour y recevoir vélos, plantes, petites tables. L’ensemble ceinture un vaste jardin intérieur qui joue le rôle de régulateur thermique, et apporte une souplesse dans la géométrie stricte de l’ensemble. Le climat rochelais a été intégré pour que chacun puisse vivre dehors en toute intimité s’il le souhaite, sans jamais être totalement coupé de la ville.

  • Programme Design of 26 collective housing units and office spaces
  • Location La Rochelle 17000, France
  • Client ID Patrimoine
  • Team FMAU
  • Size 2250

  • Mission Architectural design
  • Photography FMAU
  • Project manager Frédéric Martinet
  • Project team Guillaume Sicard, Jérémie Serrurier

Reintroducing Terraced Housing in a University Town from the 1980s.

La Rochelle has witnessed an unprecedented process of urbanization since the early 1980s, unique for a city with a population of 70,000. This phenomenon is based on several key factors, leading to various consequences: a strong urban presence, a discreet but consistent port activity, a mild climate, a university, a rich array of events, incentives for business creation, and the presence of the Atlantic Ocean. Together, these elements contribute to an attractive lifestyle.

One consequence of this urbanization is a significant variation in the price per square meter, ranging from one to three times higher in certain neighborhoods. This compels middle-class residents to cross the city’s perimeter to find housing of an acceptable size. Similar to large metropolises, La Rochelle is on the path to becoming primarily dedicated to a student population, affluent retirees, or young professionals without children. The only forward-looking counterpoint is the significant availability of social housing since the 1970s, mainly distributed across two urban areas.

Therefore, the issue of collective housing is central, as the primary offering consists of small condominiums built in the Minimes neighborhood, primarily featuring studio or two-bedroom apartments. Only a few permanent family residences are strategically located around the lake or facing the sea. Nevertheless, these condominiums have a suburban appearance (isolated buildings surrounded by vegetation).

The project for 28 housing units reintroduces a strong urban scale within the « campus » of Minimes. The buildings, standing a height of 5 stories, is in line with the street and featyres a simple and structured facade. In doing so, the project departs from the fragmented, multicolored, and insular architecture of buildings from the 1980s-1990s and initiates the silhouette of a real urban boulevard leading to Minimes Beach.

The plot is maximally built, with a logical focus on promotional profitability, while creating many openings in the large interior courtyard and connections with neighboring buildings. The apartments, with various layouts (from studios to 6-bedroom units), all feature north-south traversing arrangements to benefit from sunlight and natural ventilation. Dark and anxiety-inducing hallways are replaced by spacious galleries, extensions of the homes where residents can store bikes, plants, and small tables. The whole complex encircles a vast interior garden that serves as a thermal regulator and introduces flexibility to the strict geometry of the development. The climate of La Rochelle has been taken into account so that everyone can enjoy private outdoor living while remaining connected to the city.