Transformation pavillonnaire

+
  • Programme Construction de 8 logements étudiants
  • Lieu Arcueil 94250, France
  • Maîtrise d'ouvrage Iudo
  • Maîtrise d'oeuvre FMAU
  • Dates 2016
  • Surface 302

    m² SDP

  • Coût 627544 € HT
  • Mission Complète, interrompue en phase APD
  • Publications
  • Responsable projet Frédéric Martinet

Comment activer l’urbanisme résidentiel par la mico-promotion ?

Le 24 mars 1982, un arrêté commun des ministères du logement, de la santé et de l’industrie, relatif à l’aération des logements, règlemente la ventilation naturelle et mécanique de l’habitat. Pour améliorer la performance, l’isolation des nouvelles constructions est renforcée, mais elle s’accompagne d’une imperméabilisation du bâti, qui développe des phénomènes de condensation et de moisissure inédits. C’est alors l’avènement de la Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC) ; elle permet d’extraire l’air humide et de maintenir un intérieur sain. Cette innovation est cependant vite détournée pour faire glisser les pièces humides en cœur de bâtiments. Les années 80 à 2000 voient les immeubles s’épaissir pour atteindre 18m de largeur dans les ZAC récentes. Cet urbanisme de la VMC fabrique une architecture massive, qui contraint les habitants à vivre dans des salles d’eau éclairées artificiellement. A l’inverse, nous profitons de l’urbanisme de particules développé par Iudo, pour inventer un autre modèle d’habitat collectif et proposer une résidence étudiante où toutes les pièces disposent de la lumière naturelle.

Chaque logement dispose de 4 fenêtres, ouvertes sur 2 façades opposées. Cette disposition traversante réinterroge le plan habituel des résidences étudiantes. L’accès se fait directement par l’extérieur, via un balcon. La partition du logement est pensée en fonction d’une gestion des odeurs et du bruit. D’un côté les activités bruyantes et odorantes (cuisson, douche), de l’autre, les activités calmes et inodores, (travail, repos). Cette disposition se rapproche des intérieurs du Paris féodal, où la définition des pièces n’est pas surdéterminée selon un usage, mais plutôt selon une flexibilité des situations quotidiennes.

La présence du colombage découle du choix structurel choisi pour le projet ; un système poteau-poutre qui délimite l’organisation intérieure. Ce choix constructif accompagne une démarche plus large de bâtiment bas carbone, de la valorisation des déchets à l’emploi de matériaux peu carbonés. Les murs sont isolés de ballotins de pailles enduits à la chaux. Les revêtements de sol intérieurs sont en linoleum, les fenêtres en bois équipées de vitrage performants, les volets en céramique et les jardinières en terre cuite. La cave reçoit une cuve de récupération d’eau de pluie réinjectée dans l’arrosage du jardin. Ces dispositifs sont parachevés par une sobriété énergétique et une adéquation entre le programme et l’implantation de la parcelle, à 5 minutes à pied de la station de RER B.

Le rez-de-chaussée de la résidence s’inscrit dans la constellation de services et commerces disponibles entre la station RER et les logements étudiants. Une annexe commune, située dans le jardin, permet de réparer ou stocker les vélos des étudiants, de partager un repas ou toute forme de vie collective de la résidence. Cet espace polyvalent n’est pas figé dans son usage, mais dispose d’un point d’eau et de prises électriques.

  • Programme Construction of 8 student housing units
  • Location Arcueil 94250, France
  • Client Iudo
  • Team FMAU
  • Size 302

  • Cost 627544 € excl. Taxes
  • Mission Detailed preliminary design
  • Publication

    Transformations pavillonnaires, fev. 2019

  • Project manager Frédéric Martinet

How to activate residential urbanism through micro-development?

On March 24, 1982, a joint decree from the Ministries of Housing, Health, and Industry, concerning the ventilation of dwellings, regulates the natural and mechanical ventilation of habitats. To enhance performance, insulation in new constructions is reinforced, but it comes with waterproofing of the structure, leading to the development of unprecedented condensation and mold phenomena. This marks the advent of Mechanical Controlled Ventilation (MCV); it extracts humid air and maintains a healthy indoor environment. However, this innovation is quickly diverted to shift wet areas to the heart of buildings. The 1980s, 1990s, and 2000s see buildings thickening to reach a width of 18m in recent development zones. This MCV-driven urbanism produces a massive architecture, forcing residents to live in artificially lit bathrooms. In contrast, we take advantage of the particle urbanism developed by Iudo to invent another model of collective housing, proposing a student residence where all rooms have natural light.

Each dwelling has four windows, open on two opposite facades. This transversal arrangement challenges the usual layout of student residences. Access is directly from the outside, via a balcony. The housing layout is designed based on odor and noise management. On one side are noisy and odorous activities (cooking, showering), on the other, calm and odorless activities (work, rest). This arrangement resembles the interiors of feudal Paris, where room definitions are not overdetermined by use but rather by the flexibility of daily situations.

The presence of half-timbering results from the structural choice made for the project: a post-and-beam system that delineates the interior organization. This construction choice accompanies a broader approach to low-carbon buildings, from waste valorization to the use of low-carbon materials. Walls are insulated with bundles of straw coated with lime. Interior floors are linoleum, windows are wooden with high-performance glazing, shutters are ceramic, and flower boxes are terracotta. The cellar houses a rainwater recovery tank reintroduced into the garden watering system. These measures are complemented by energy efficiency and alignment between the program and the plot’s location, a 5-minute walk from the RER B station.

The ground floor of the residence is part of the constellation of services and shops available between the RER station and student housing. A common annex in the garden allows for bike repairs or storage, sharing a meal, or any form of collective life in the residence. This versatile space is not fixed in its use but includes water and electrical outlets.